lundi 15 juin 2009

Livres en stock


Voilà, un livre qui arrive chez l’éditeur ça se présente comme ça.
Bragelonne s’est installé il y a cinq ans dans les entrailles noires de Paris. Enfin presque : ce sont d’anciennes écuries, retapées par Henri Loevenbruck et Pascal Huot themselves.
M’est arrivé d’y dormir, au début. J’entendais les chevaux renâcler, quelque part dans l’ombre. Des fantômes de chevaux, des carnes squelettiques, aux yeux peuplés de mouches. Je dormais mal, faut bien avouer. Un soir d’hiver on y a même couché, ma fille et moi, en revenant de Disneyland. Avant d’éteindre la lumière, elle s’était assise sur le fauteuil du boss, avec son pyjama et ses bottes Mini. Si tous les patrons lui ressemblaient, on s’amuserait un peu plus – mais c’est même pas sûr : Carlos Ghosn avec les oreilles de Mickey, j’aurais sûrement la trouille de ma vie.

Par chance, cette nuit-là, cette nuit avec ma fille au retour du Monde merveilleux de la Couleur, zéro zombies équestres.
Aujourd’hui, les lieux accueillent une petite partie du stock et quelques services, comme l’informatique, le Club Bragelonne… J’aime bien descendre là, serrer virilement la joue de Greg – si une telle chose est possible – et me planter face aux murs de bouquins. Et donc plonger les mains à l’intérieur des cartons, en extraire des pépites de couleur, les feuilleter, humer le parfum du papier.

3 commentaires:

RobbyMovies a dit…

C'est joliment dit mais bon résumons : tu piques des livres pendant que ton éditeur roupille quoi. :D

Erik Wietzel a dit…

Ne le répète pas ! :-)

lorenjy a dit…

Quoi ? Tout dans les locaux de Brage ? Et l'immense grange à gauche en arrivant chez Harmonia Mundi, elle stocke quoi ?
Bon, ça doit être juste la réserve éditeur. Mais avec ce qui se publie, il y faut bien toute une écurie, hein ?